Artsies

Rap vs. Trap

Artsies

Même si Rap et Trap ne sont pas tout à fait à l’opposé, je me devais de faire cet article afin d’éclairer un grand nombre de personnes qui se mélangent les pinceaux lorsqu’il s’agit de rap, trap et hip hop.

Tout d’abord, il faut noter que techniquement, le rap n’est pas totalement un genre musical mais plus une forme musicale de chant qui incorpore la rime, le discours rythmique et le langage de rue,  interprétée de diverses manières, généralement sur un accompagnement musical (beat). Les composantes du rap comprennent : "content" (ce qui est dit), "flow" (rythme, rime) et "delivery" (cadence, ton). Donc la trap contient également du rap, logique non ?

Le rap étant l'un des principaux ingrédients de la musique hip hop, il est communément associé à ce genre. Bien qu'il soit souvent utilisé pour désigner uniquement le rap, le "hip hop" désigne plutôt la pratique de toute la sous-culture. Le terme "musique hip-hop" est parfois utilisé comme synonyme du terme "musique rap", bien que le rap ne soit pas une composante obligatoire de la musique hip-hop.

Nous en arrivons maintenant au point où c’est plutôt Hip hop vs. Trap, si l’on veut être plus précis et techniquement correct.

Hip-hop

Le hip-hop n'est pas un genre, mais une immense sous-culture qui englobe bien plus que la musique. Le hip-hop se compose de ce que l'on appelle les "quatre éléments" : le breakdance, les graffitis, le turntablism (le mixage et le scratching, le travail du DJ) et le rap (le travail du MC) ; une harmonie de danse, d'art visuel, de parole et de technologie. Mais le hip-hop a aussi ses propres coutumes, un "code" qui enrichit et définit la sous-culture : un langage visuel de gang pour commencer, ou une obsession des baskets propres pour montrer le respect des biens personnels quand les rappeurs peuvent à peine s'offrir une deuxième paire de chaussures. Et n'oublions pas les "Bling Bling" : souvent mal interprétés comme des symboles de statut social, ces lourds et exubérants colliers et bagues dorés représentent les anciens symboles des tribus guerrières africaines. Car le hip-hop est avant tout une position de force. Toute musique hip-hop se compose de deux parties d'égale importance : le rythme et la rime. Le rythme était autrefois réalisé par certains vieux disques de Funk (ou Disco) qui comportaient des ruptures : des sections où seul le batteur (et la basse) jouait. Ces sections étaient utilisées pour créer un breakbeat continu (en boucle). Le Sampling était utilisé pour compléter le breakbeat avec la mélodie, la basse et les effets sonores.

Le mot "rap" est de l'argot hip hop et se traduit plus ou moins par "flow" (de mots). Le rap est donc une musique composée de "raps" ou de "flows" (ou rimes). L'expression "hip hop" a cependant des racines très obscures, remontant à la culture noire.

Trap

Fin des années 90’, début des années 2000, un nouveau style de musique hip-hop fait son apparition dans l'ombre de l'underground du sud des États-Unis : Trap. Ce type particulier de rap sudiste se distingue des autres types de rap par l'ajout de nombreux synthétiseurs et par le fait qu'il est souvent entièrement réalisé par ordinateur avec beaucoup de sons numériques et durs au lieu de samples R&B. Le Trap laisse également tomber le rythme sur un décalage, donnant une sensation de construction et de chute plus dramatique et plus lente, rappelant le Dubstep. Le genre tire son nom du mot de l’argot d'Atlanta "trap", qui désigne un endroit où des drogues sont vendues illégalement. La musique Trap utilise une batterie synthétisée et se caractérise par des motifs de charleston complexes, des kick drums accordés avec du delay, des synthétiseurs, une ambiance et un contenu lyrique souvent mélancoliques ou sombres. Il utilise des instruments allant du piano aux instruments à cordes, des chœurs, des caisses claires et des charlestons à double ou triple temps. C'est la signature sonore de la musique trap. En ce qui concerne le rap, il adopte le triplet flow (« Versace, Versace, Versace ») accompagné souvent de beats autour du 115 – 170 bpm (battements par minute). Les sujets sont centrés sur le trafic de drogue, le meurtre, the streets et la violence. 

Le vrai pouvoir du rap réside dans la possibilité de transmettre des messages élaborés et profonds, grâce à l'utilisation continue des paroles tout au long de la musique. Avec plus de mots par chanson que tout autre genre, le rap peut amuser, protester ou créer des liens d'une manière que les autres genres ne peuvent pas. Le rap des débuts a tenté de mettre fin à la pauvreté, au fanatisme et au racisme des ghettos en s'adressant à un public blanc, en reliant des sous-cultures éloignées. Alors que pour la trap, il s'agit plutôt du crazy ass beat, de vêtements, de fame and clout, d’influence, de drogue, etc. Les paroles viennent en dernier lieu.

Don’t get me wrong ! I love Trap, the beats are just insane, but you know…