Close
Menu

Specials

Dans l'univers coloré d'Anbar El Mokri

Specials

Anbar El Mokri, artiste peintre marocaine, est une jeune femme douée et passionnée par l’art depuis son plus jeune âge. Nous découvrons son univers créatif, ses inspirations et ses techniques à travers une entrevue confidences.

 

 

Peux-tu nous parler d’Anbar dans la vie et Anbar l’artiste ?

Dans la vie, j’ai eu plusieurs « métiers » : productrice d’évènements, productrice digitale, chargée de communication pour un cabinet de conseil, community manager. Je n’aime pas la routine, et j’adore prendre en charge de nouveaux projets et les voir se compléter. 

Je suis rentrée au Maroc il y a 2 ans, après des années d’études et de travail au Canada. Je suis enchantée de vivre dans mon pays, et j’ai enfin le temps de me consacrer à la peinture. En tant qu’artiste, je m’exprime le mieux à travers la peinture abstraite, qui m’offre des possibilités infinies.

Qu’est ce qui, dans ta vie, t’a mené vers l’art et la peinture ?

Mes parents. Ma mère, dans mes souvenirs, a toujours peint. Mon père est féru de musique, de peinture, d’écriture. Je pense donc que c’est ce contexte dans lequel j’ai grandi, qui m’a poussé à m’exprimer par la peinture. Je suis aussi passionnée de musique, bien que n’ayant jamais appris à jouer d’un instrument.

Quelles sont les techniques que tu utilises et pourquoi ?

J’utilise beaucoup de peinture acrylique, qui me permet de faire des impasto qui sèchent relativement vite. En général lorsque j’entame une œuvre, j’aime avancer dessus dans la foulée. Avec l’acrylique je n’ai pas besoin d’attendre plusieurs jours entre les couches, donc il y a beaucoup moins d'interruptions dans mon processus. J’utilise aussi le charbon, qui je trouve apporte de la profondeur à mes tableaux. C’est un matériau communément utilisé pour le dessin ou le figuratif, et j’aime l’emporter dans un autre monde.

J’aime utiliser les pastels à l’huile également, comme des petites ponctuations de couleurs éparses. Et finalement, la peinture aérosol. Utiliser les aérosols me défoule en un sens et j’aime avoir ce côté dégoulinant qui structure le tableau et guide le regard.

Qu’est ce qui inspire tes œuvres ?

Les couleurs, avant tout. J’aime beaucoup explorer l’effet qu’une couleur aurait sur une autre. La lumière aussi. Je trouve qu’au Maroc, nous avons la chance d'avoir une luminosité que l'on ne retrouve nulle part ailleurs. Surtout celle de Marrakech, quelle beauté ! Cela donne une toute autre dimension aux objets/bâtiments qui nous entourent. Je suis inspirée par la nature, les fleurs, les plantes en général. Finalement, les textures. Pouvoir jouer avec les textures est quelque chose qui m'inspire beaucoup. Ne pas rester dans le plat, créer du mouvement, du relief.

Qui sont les artistes qui t’inspirent ou qui t’ont marqué ?

La liste est longue ! Mais je vais en choisir quelques-uns. Tout d'abord, l'artiste peintre Rothko. Mes parents avaient plusieurs livres avec les œuvres du grand Mark Rothko et j'ai toujours été fasciné par son approche à la couleur. Puis j’ai eu la chance de voir une exposition de cet artiste au Tate Museum, et là, c'était une grande claque.

Ensuite, les artistes marocains comme Belkahia ou Cherkaoui qui ont assis les codes de ce que serait la peinture moderne marocaine, non encombrés des normes occidentales. Aussi, beaucoup de jeunes artistes, comme Thai Mainhard, Mohammed Baala, B.D Graft ou Mauro Martinez qui m’inspirent par leur audace et la fraîcheur de leurs approches respectives.

Penses-tu à créer des œuvres sur d’autres matériaux ou exprimer ton art dans d’autres univers d’expression ?

J’adorerais peindre sur un très grand format, par exemple en faisant une murale ou une frise sur un mur de maison. Je n’ai juste pas encore trouvé la personne qui me laissera peindre son mur haha.

Et puis pour plus tard, pourquoi ne pas essayer la sculpture !

Travailles tu actuellement sur de nouvelles œuvres ? Peux-tu nous en parler ?

L’œuvre que je viens d’achever est un diptyque de 80cm sur 200cm et s’appelle « Isis & Osiris ». J’aime beaucoup ce compte de la mythologie égyptienne qui met en scène un roi et une reine qui s’aime à la folie, un frère jaloux, un meurtre, une transformation en oiseau… Bref un vrai film missri, une histoire très tumultueuse, mais qui se finit par le triomphe de l'espoir et de l’amour. L’utilisation du rouge et de l’ocre, qui peuvent autant représenter la colère que l'amour, les mouvements visibles du pinceau, la composition, servent à construire cette narration.

Si tu devais définir l’art ?

Une grande question ! Je pense que c’est assez subjectif comme définition. Pour moi l’art c’est l’expression, quelle qu’elle soit, d’une vérité intérieure.

Comment pouvons-nous nous procurer tes œuvres ?

Pour l’instant, je vends mes œuvres à travers Instagram, ou par bouche à oreille. Mon site web sera bientôt prêt, stay tuned !

Compte Instagram : https://www.instagram.com/e.l.m.studio/

Banner

Interviews

Influenceur mode et voyages

Mehdy Nejmeddine est un jeune casablancais dont ...

Dans l'univers optimiste de Salwa Anlouf

     Comment s’est passée ton ...

Dans l'univers multiculturel d'Idriesk

Quand l’art de combiner les mots pour évoquer ...

Dans l'univers coloré d'Anbar El Mokri

Anbar El Mokri, artiste peintre marocaine, est une jeune ...

Dans l’univers bidimensionnel de Salma Rais

Salma Rais est une danseuse et artiste marocaine que je ...

Tous les interviews

Derniers Articles

Generic placeholder image
Le yoga facial, un anti âge efficace

Le stress quotidien s'imprègne peu à peu sur ...

Generic placeholder image
Les couleurs mode de l'été 2020

La mode de l’été 2020 s’annonce ...

Generic placeholder image
What's with musical movies ?

Le film musical est l'un des genres les plus évasifs ...

Generic placeholder image
Le don du sang, un acte citoyen

Parce que chaque don du sang compte… Parce que ...

Generic placeholder image
L'affaire Epstein, les têtes tombent

Pour ceux qui ne connaissent pas Jeffrey Epstein ou le ...